ABOUT / PROJECTS

LOST BY GPS  
Stéphane Degoutin, Gwenola Wagon, 2010
Recherche scientifique : Nicolas Maisonneuve

>> RANDOM GPS


 
 

Perte désirée

Se perdre avec un GPS relève de l’accidentel, c’est une erreur de la machine qui n’est pas disposée à nous perdre spécifiquement. C’est pourtant grâce aux pertes de données, et aux erreurs d'orientation, que la navigation avec GPS revêt un caractère particulier et mémorable comme en témoignent les histoires de fausses routes, de détours ou de chemins invisibles : lorsque le signe du véhicule représenté sur la route se déplace dans un vide intersidéral car la carte n’est plus actualisée, lorsque le tracé disparait, lorsque le programme recalcule sans trouver l’itinéraire et signale une destination erronée.

 
 


Avec le GPS, on entre dans la carte : la petite voiture qui bouge sur l’écran, c'est l’automobiliste qui pénétre dans la représentation du territoire. L'automobiliste transporte une représentation du monde, comme l’expliquent Dominique Quessada et Camille de Toledo (Mythophonies), dans laquelle il se trouve lui-même représenté au centre. La carte se recompose en temps réel autour de lui en fonction de sa position, de sa direction et de sa vitesse. Représenté au centre, mais ayant délégué les commandes, il est tiré par la carte.

 
 


Pourquoi chercher à retrouver son chemin quand il devient difficile de se perdre ? Les outils de guidage géolocalisé associés aux techniques cartographiques contraignent l’utilisateur à trouver sa destination et l’empèchent parfois de flâner (exception des capitales en mutation comme Mexico, Rio, Tokyo, etc.). Si d’habitude, le GPS sert à trouver son chemin, il est détourné pour mieux le perdre. Random GPS aide à se promenez ailleurs. A explorer les villes en une serendipité sans fin. A suivre au hasard des dédales de chemins. Il propose de visiter une ville tirant au sort la prochaine direction en tenant compte des contraintes inhérentes à la circulation et aux routes empruntées.

 
 


Perte paramétrée

La perte (l’errance) est une nécessité, une manière d’explorer un lieu, de s’oublier dans un espace. L’explorateur guidé au hasard peut s’absorber dans le site pour parvenir à cette prise de conscience du lieu et être dans une attention plus aiguisée. Random GPS place le visiteur dans une situation qui suscite de sa part une hyper attention au moindre détail. Si bien que le réel deviendrait dans ces circonstances hallucinogène.

 
 


Dans un lieu trop connu, la distance s’amenuise. Si des peuples pratiquent l’ivresse collective pour étendre leur territoire afin de se perdre dans un espace restreint, être guidé par Random transforme la perception du territoire , l’imaginant plus vaste qu’il ne l’est. Cette expérience décuple le territoire en d’autres dimensions.

 
 



Allez vous perdre !! Et n’imaginez pas autre chose.

L’être humain est sujet a emprunter des directions prévues. Il est conditionné par ses choix et sa subjectivité. Il adopte des automatismes en laissant de moins en moins de place à la serendipité.

Dans la nouvelle d’Isaac Asimov Le Petit Robot perdu , un des robots a mal interprété les paroles de son maître - ce dernier en colère lui a dit d'"aller se perdre" (go get lost ! : va au diable). L’histoire démontre que le robot se perd tant et si bien qu’il devient impossible de le retrouver. Nous proposons donc un programme d’assisance à la perte. PAO. Perte assistée par Ordinateur. Seul un programme informatique est capable de perdre parfaitement l’utilisateur.

Random GPS devient une prothèse irrationnelle, une potentialité incohérente et absurde. Si l’homme est contraint, par ses limites, comment se servir de la technique pour l’aider à redevenir plus paradoxalement humain ? Comment vivre l’errance, les fausses routes, et les trajets imprévus ? L’utilisation de Random GPS permet de (re)vivre les dérives.

Dans une version plus futuriste, la voiture serait en pilote automatique et perdrait directement son conducteur en auto-guidage.